Littérature - Henri Bergson - Le rire


Selon Rabelais « le rire est le propre de l’homme », mais pourquoi rit-on ? Quelle est la signification du rire ? Ces questions trouvent des pistes de réponse dans Essai sur la signification du comique d’Henri Bergson, philosophe français du début du XXe siècle. Dans son œuvre, il procède à l’autopsie de ce phénomène.


Un des axiomes de son analyse consiste à considérer le rire comme une fonction sociale. En effet, face aux incartades commises par les hommes dans une société régie par des normes, le rire joue le rôle d’agent répressif. S’esclaffer, c’est relever une anomalie, souligner le fait qu’un élément n’est pas habituel. En somme, c’est une forme de rappel à l’ordre, afin de rectifier les travers de la société.


Par ailleurs, Bergson insiste sur l’indifférence nécessaire du sujet face à l’objet du rire. L’individu est en position d’observateur insensible, le rire étant une activité essentiellement cérébrale.


De plus, n’est risible que ce qui est humanisé, ce qui est vivant. On ne rit pas de l’objet mais de l’action qui l’anime. En cela, Bergson fait écho à l’aphorisme de Rabelais.


Le philosophe définit le mécanisme du rire comme étant « du mécanique plaqué sur du vivant ». Le mécanique renvoie de façon oxymorique à la rigidité d’une action, à son caractère inconscient face à une situation donnée. De cette théorie il dégage alors les ressorts du comique et ses procédés de fabrication, pour lesquels il réalise une typologie dans l’ouvrage. Avez vous lu cet auteur ?


Auteur : Sirine P.


1 view