Littérature: L’Aveuglement de José Saramego


Prix Nobel de littérature en 1990, José Saramago livre dans l'Aveuglement paru en 1995 une critique du capitalisme sauvage, de la corruption et de la place de l'individu dans la société. Ce roman fut adapté au cinéma en 2008 par Fernando Meirelles sous le nom de Blindness. Lorsqu’une épidémie de cécité frappe subitement les habitants d'un pays, le premier réflexe du gouvernement est de mettre en quarantaine les malades dans un ancien asile. En effet, la maladie appelée « le mal blanc » se transmet rapidement et personne n'est capable de l'arrêter. L'histoire suit alors les différents personnages présents dans cet asile qui se transforme vite en chaos. La plume de l'auteur s'avère assez particulière: absence de noms des personnages, des lieux, peu de ponctuation, dialogues peu marqués, descriptions précises qui apportent un réalisme surprenant. Ce style permet alors de nous identifier aux personnages d'autant plus que le contexte épidémique nous rappelle la crise dans laquelle nous vivons actuellement.


José Saramago livre ici un roman de laboratoire, d'expérience dans lequel notre humanité se manifeste à travers la relation au corps. Il pose une réflexion sur ce qu'il se passe quand l'homme est privé de sa dignité, réduit à l'abject: est-il réellement en capacité de se défendre ? Ce roman nous montre alors ce qui fait de nous des hommes. De plus, la réaction du pouvoir en place qui, en enfermant les aveugles les dépossède de leur humanité, montre l’échec du politique censé plus largement assurer la vie des citoyens et pas seulement veiller à la survie de la communauté. Dès lors, on peut aussi y voir une critique de l'action des politiques.


Avez-vous lu cet auteur?


5 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain