Littérature : La couleur des sentiments, Kathryn Stockett



“...Et je vous jure que je vois, tout au fond, la femme qu’elle sera. Elle est grande et droite. Elle est fière. Elle est mieux coiffée. Et elle se rappelle les mots que j’ai mis dans sa tête. Comme on se rappelle quand on est une adulte.”


Comment décrire un chef d’œuvre alors que d’autres l’ont si bien fait ? La couleur des sentiments fait partie de ces romans incontournables, qui restent néanmoins complexes à commenter sans en dresser un portrait glorieux mais élimé des regards précédents. Sans doute fait-il écho à son titre français, plus révélateur que le titre original : ce sont bien "ces sentiments", derrière le contexte historique, que l’auteure cherche à mettre en exergue.

Le succès n’est pourtant pas acquis : refusé de nombreuses fois par les éditeurs, ce n’est que 3 ans après ses tentatives de publication, et 8 ans après avoir commencé son écriture, que Kathryn Stockett parvient à faire publier son roman en 2009.


Dans les années 60, dans l’Etat du Missouri la ségrégation raciale perdure et modèle la vie de ses habitants. On suit la vie de trois protagonistes : Aibeleen, Minny et Miss Skeeter. On y voit des femmes fortes et admirables, d’autres faibles et contrariées ; et l’auteure arrive parfaitement à retranscrire cette complexité des rapports et des sentiments qui peuvent animer femmes noires et femmes blanches dans ce système ségrégationniste.


Il semble peut-être qu’ici réside l’une des particularités de The Help ; une alliance de réalisme et d’émotions, sans perte de véracité ou de simplicité. L’écriture de Kathryn Stockett y est sans doute pour beaucoup : c’est elle qui exagère ou abrège, c’est elle qui dénonce ou qui heurte, c’est elle encore qui nous comprime la poitrine ou nous serre la gorge quand on termine la lecture. Et c’est sans doute aussi par son biais que cette lecture fédère et éblouit toujours autant ; écriture à laquelle s’additionne ce pouvoir propre à toutes les grandes œuvres de nous convaincre sans jamais avoir eu l’impression de vouloir être persuadé.



4 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain