Littérature : La pierre et le sabre de Eiji Yoshikawa



Dans le Japon du XVIIe siècle, le jeune et belliqueux Takezó tombe dans la disgrâce dans son village natal. Se renommant Miyamoto Musashi, il s’enfuit à la recherche d’aventure et de lui-même. Alors que des clans se font la guerre, il fait la rencontre de Takuan, un moine qui lui fait découvrir une autre voie que celle du conflit. Armé d’un simple sabre en bois, il erre alors sur les routes et les montagnes en cherchant à affûter son âme. Cependant, il ne sait pas que des ennemis et son amie de jeunesse Otsu suivent ses pas. Ce roman est une véritable épopée martiale rythmée par le chant amoureux de la tendre Otsu. À travers ses combats, Musashi développe une conception de ce que pourrait être la sagesse. Une sagesse qui résiderait dans le dépassement de soi pour que le sabre, l’univers et l’esprit ne fassent qu’un. On retrouve ainsi la présence très forte de l’harmonie avec la nature, caractéristique de la culture japonaise. Musashi (Shinmen Bennosuke) est un guerrier ayant réellement existé au début du 17ème siècle. Eiji Yoshikawa repose en effet son histoire sur des éléments historiques réels qui donnent une idée de l’état du Japon médiéval touché par sa première modernisation. La profondeur des personnages et la dimension que donne la quête de sens du protagoniste construisent un univers complet dans lequel vous pourrez vous plonger tout entier. Si le premier tome vous laisse sur votre faim, vous pouvez continuer avec le volume suivant : La parfaite lumière.


@11joomong

5 views