Littérature : Le Colonel Chabert de Balzac


Incontournable de la littérature française, Balzac, auteur de la Comédie Humaine, offre au lecteur une longue nouvelle qui reflète l’époque du XIXe siècle : Le Colonel Chabert, publiée en 1832, dont le personnage éponyme est un survivant de la bataille d’Eylau de 1807.

« Colonel Chabert » sous l’Empire de Napoléon I, puis « vieux carrick » sous la Restauration de Louis XVIII, ce dernier aspire à retrouver sa vie d'avant, aux côtés de son épouse délaissée, la comtesse Chabert et de sa fortune. Or, onze années se sont écoulées depuis la bataille d’Eylau, marquée par la charge décisive du régiment du Colonel aux côtés de Murat, jusqu'à son retour dans la société de la Restauration ; onze ans séparent ce grognard napoléonien aux nombreuses récompenses, de la société qui le considère comme mort et, de sa femme devenue entre-temps madame Ferraud, mère de deux enfants. La France a changé, passant de l’Empire à la Restauration, tout comme la vie du personnage éponyme et complexe, incarnant une figure symbolique des survivants des campagnes napoléoniennes. Il représente le paradoxe même de ce changement de régime, de son instabilité. L’« Alchimiste des mots » conte l’histoire d’un retour, ou du moins d’une tentative vaine ; un décalage temporel entre littéralement un mort vivant et une société soucieuse du paraître. En peignant le cœur humain, il transforme le sujet temporel, qui se rattache à une période douloureuse de l’Histoire pour les contemporains balzaciens, en un sujet intemporel : devenant un récit intergénérationnel, voire interséculaire, le lecteur reçoit ainsi une vraie claque livresque. Un classique à lire ou relire, à découvrir ou redécouvrir.


Yaëlle FOSSE

7 views