Littérature: Le Portrait de Dorian Gray, la question de l’introspection et du pardon vue par O.Wilde



Roman écrit par Oscar Wilde en 1890, “Le Portrait de Dorian Gray” met en scène la vie peu ordinaire d’un jeune homme dandy. L’histoire débute par une belle après-midi lorsque Basil discute avec Lord Henry de son dernier tableau, le portrait de son ami Dorian Gray. Bientôt rejoint par le protagoniste, Basil met en garde Henry, fasciné par la beauté du modèle, de ne pas corrompre l’esprit du jeune homme. Toutefois, au fur et à mesure que Dorian cède à la tentation et vieillit, son portrait ne fait que s’enlaidir, jusqu’à représenter une bête immonde, souillée par le crime et le vice.

L’homme, par delà les apparences, renferme de lourds secrets, de nombreuses pensées… L’apparence n’est rien… Un simple portrait, un leurre. L’esprit est tout… Dans son roman, Oscar Wilde invite le lecteur à se questionner sur son entourage et sur soi-même. Peut-on véritablement affirmer connaître une personne, un proche, un ami ? Beaucoup de monde, à travers le roman, ont eu confiance en Dorian, parfois à leur dépend, payant le prix fort… Peut-on également supporter son regard à travers un miroir, assumer ce que nous sommes et nos actes ?


Dorian lui, ne pouvait supporter de contempler son portrait, enlaidit par le meurtre et la haine. Alors accablé par la honte, il finit par se suicider. Le portrait du monstre s’approprie de nouveau sa beauté d'antan. Wilde nous livre ici une vision tragique du pardon, la contrepartie inéluctable de l’oubli se faisant en échange d’un lourd tribut, la vie.


Auteur: Baptiste Keim

22 views