Lou Andreas-Salomé



Lou Andreas-Salomé, née à Saint-Pétersbourg en 1861, et morte à Göttingen en 1937, fut une actrice majeure du monde intellectuel occidental de la fin du XIXème siècle. Écrivaine, philosophe, puis psychanalyste, elle est l’auteure d’une vingtaine de livres et d’une centaine d’articles. Ce sont cependant ses nombreuses correspondances qui ont contribué à sa renommée. Surnommée Lou, elle est aujourd’hui peu connue du grand public, souvent réduite au rôle de muse. À 19 ans, elle rencontre Paul Rée et Friedrich Nietzsche. Ils forment une sorte de « trinité intellectuelle », reposant sur des relations purement platoniques. En avril 1897, Lou fait la connaissance de Rainer Maria Rilke. Lou sera tout pour le poète : elle exercera une profonde influence sur lui et le conseillera dans son œuvre durant des années. C’est en 1911 que Lou devient la disciple de Freud et s’initie à la psychanalyse. Elle livrera de nombreux essais psychanalytiques abordant notamment la question du « Moi » et du désir : Du type féminin, 1914 ; « Anal » et « Sexuel », 1915 ; Le narcissisme comme double direction, 1921.


Qualifiée parfois de révolutionnaire, parfois de féministe, ou encore d’hérétique, elle était avant tout un esprit libre guidé par une pensée singulière. Selon elle, la seule pulsion fondamentale est celle de l’amour de la vie (correspondance avec le pasteur Gillot, 1979). Elle n’a jamais renoncé à l’acquiescement du vivant. À travers un rapport au monde contemplatif, Lou écrit des romans comme Combat pour Dieu, signé du pseudonyme Henri Lou. Lou propose des textes surprenants, d’une profondeur philosophique indéniable.

Lou était une interlocutrice fascinante, une contradiction incarnée, Freud louera sa « redoutable intelligence ». Elle écrivait humblement qu’elle n’était pas un modèle, qu’elle dirigeait simplement sa vie selon ce qu’elle était.


Adam Cool

39 views