Lutte antijihadiste: cinq pays du Sahel et la France en sommet


Cinq pays du Sahel et la France se réunissent en sommet lundi 15 février et mardi 16 à N'Djamena, pour faire le point sur la lutte antijihadiste dans la région, où Paris voudrait voir ses alliés assumer le relais militaire, mais aussi politique, pour réduire un engagement vieux de huit ans. Dans son discours d'ouverture, le maréchal Idriss Déby Itno, le chef de l'Etat tchadien, a pressé la communauté internationale à redoubler d'efforts financiers pour oeuvrer "impérativement" au "développement" du Sahel pour remédier à la "pauvreté, terreau du terrorisme".


Ses homologues du G5 Sahel, les présidents mauritanien, malien, burkinabé, nigérien, ainsi que le chef de l'Etat ghanéen, président en exercice de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), étaient aux côtés de M. Déby mais pas Emmanuel Macron. Resté à Paris pour cause de crise sanitaire du Covid-19, le président français doit se réunir à huis-clos avec ses homologues du G5 Sahel en visio-conférence.