Macron, d'accord avec la famille de Rimbaud, écarte l'entrée du poète au Panthéon


Emmanuel Macron écarte l'idée de faire entrer Arthur Rimbaud au Panthéon, suivant en cela la volonté des descendants du poète, malgré une pétition en ce sens au nom, notamment, de la reconnaissance de l'homophobie dont le poète a été victime. Je ne souhaite pas aller à l'encontre de la volonté manifestée par la famille du défunt. "La dépouille d'Arthur Rimbaud ne sera pas déplacée" du caveau familial de Charleville-Mézières, a écrit mercredi le chef de l'Etat à l'avocat de la famille. Une pétition réclamait la panthéonisation conjointe d'Arthur Rimbaud et de son amant Paul Verlaine, signée de presque tous les anciens ministres de la Culture et soutenue par l'actuelle ministre Roselyne Bachelot. En septembre l'arrière-petite-nièce d'Arthur Rimbaud, Jacqueline Teissier-Rimbaud, avait dit son opposition à cette double panthéonisation, en critiquant l'accent mis sur leur relation, une position partagée par l'association Les Amis de Rimbaud. S'ils font ensemble leur entrée au Panthéon, "tout le monde va penser +homosexuels+, mais ce n'est pas vrai. Rimbaud n'a pas commencé sa vie avec Verlaine et ne l'a pas terminée avec lui, ce sont juste quelques années de sa jeunesse", a déclaré Jacqueline Teissier-Rimbaud à l'AFP, précisant que son fils et ses petits-enfants partageaient son point de vue. Le chef de l'Etat, seul habilité à décider qui entre dans les nécropole ds grands hommes, a tranché pour la négative, au nom de la volonté de la famille, sans mentionner dans son courrier la question de la reconnaissance de l'homophobie."Compte tenu du rôle particulier que joue le Panthéon dans la construction d'une mémoire républicaine partagée, je ne souhaite pas aller à l'encontre de la volonté manifestée par la famille du défunt", dit-il. Roselyne Bachelot avait en revanche souligné l'importance qu'aurait une telle reconnaissance de leur homosexualité. L'un des auteurs de la pétition, l'écrivain Frédéric Martel, a regretté jeudi la décision présidentielle, fustigeant des héritiers "anti-gay" et un président "prétendument lettré" et réclamant une plus grande "diversité" dans la crypte du Panthéon.



Reuters/AFP


12 views