Macron reçoit Pompeo mais regarde déjà vers Biden


Emmanuel Macron est contraint, lundi 16 novembre, à un exercice d'équilibriste en recevant le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, qui n'a toujours pas reconnu la défaite de Donald Trump, tout en se tournant déjà vers sa relation avec le futur président des Etats-Unis, Joe Biden. L'entretien devrait se faire en toute discrétion, à l'abri des micros, tout comme celui entre Mike Pompeo et son homologue Jean-Yves Le Drian.


Paris souligne en effet avoir accepté de recevoir Mike Pompeo à sa propre demande, et "en toute transparence avec l'équipe du président élu Joe Biden", et alors que le gouvernement français souhaite une refondation de la relation transatlantique à l'occasion du changement d'administration américaine. Le président Macron a été parmi les premiers à féliciter le démocrate pour son élection aux Etats-Unis, alors même que le président républicain sortant, ni Mike Pompeo lui-même, n'a toujours pas reconnu sa défaite, plus d'une semaine après l'annonce des résultats.


Les sujets de friction ne manquent pas. Jean-Yves Le Drian a prévenu qu'il s'opposerait, devant Mike Pompeo, à une accélération du retrait des troupes américaines d'Afghanistan et d'Irak, envisagée par Donald Trump avant la fin officielle de son mandat, le 20 janvier 2021. Le dossier iranien qui, avec le climat et le commerce, a contribué à une certaine rupture entre Washington et le Vieux Continent depuis quatre ans, sera aussi une dernière fois sur la table. Selon le département d'Etat, les discussions porteront également sur "l'unité transatlantique", souvent malmenée pendant l'ère Trump, ainsi que la lutte contre le terrorisme.


Mike Pompeo s'envolera ensuite pour la Turquie, où il a prévu de rencontrer le patriarche Bartholomée de Constantinople, chef spirituel de l'Eglise orthodoxe, mais pas les responsables turcs, malgré de nombreux contentieux avec Ankara. Le secrétaire d'Etat doit poursuivre sa tournée en Géorgie, à Jérusalem puis dans le Golfe.


Reuters/AFP

3 views