Mali: un journaliste français aux mains d'un groupe lié à Al-Qaïda


Un journaliste français, Olivier Dubois, collaborateur de divers médias, a été enlevé début avril au Mali par des jihadistes affiliés à Al-Qaïda, une information qu'il a annoncée lui-même dans une vidéo diffusée mercredi 5 avril sur les réseaux sociaux, déclenchant l'ouverture d'une enquête antiterroriste en France. Dans un enregistrement d'une vingtaine de secondes, Olivier Dubois explique avoir été enlevé le 8 avril à Gao (Nord) par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, ou Jnim en arabe), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda et dirigée par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly. Assis en tailleur dans une tente, il dit s'adresser à sa famille, à ses amis et aux autorités françaises "pour qu'elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour (le) faire libérer". "Je peux vous confirmer la disparition au Mali du journaliste Olivier Dubois", a dit à Paris le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal. Une enquête préliminaire pour "enlèvement en bande organisée" et "en relation avec une entreprise terroriste" a été ouverte, a-t-on appris auprès du parquet national antiterroriste (Pnat), une démarche classique lorsqu'un Français est enlevé à l'étranger. Olivier Dubois, journaliste indépendant de 46 ans vivant et travaillant au Mali depuis 2015 (BIEN 2015), a couvert la tourmente sécuritaire traversée par le pays sahélien pour différents médias, comme le magazine français Le Point Afrique et, depuis un an, le quotidien français Libération. Il n'y avait plus de Français otage dans le monde depuis la libération en octobre 2020 de Sophie Pétronin. L’enlèvement d'Olivier Dubois porte à au moins six le nombre d'otages occidentaux détenus au Sahel.


AFP



3 views