Manifestations en Colombie: une vingtaine de morts, démission du ministre des Finances


Les violences lors des manifestations contre une réforme fiscale en Colombie ont fait une vingtaine de morts et plus de 800 blessés, et le ministre des Finances a démissionné lundi 3 avril face à une mobilisation qui ne semble pas faiblir. Le chef de l'Etat avait annoncé dimanche 2 avril le retrait de ce projet pour en élaborer un nouveau, après cinq jours de protestations qui se sont soldés par la mort de 18 civils et d'un policier, selon le Défenseur du peuple, entité publique de protection des droits. Le ministère de la Défense a pour sa part fait état de 846 blessés, dont 306 civils.


En outre, 431 personnes ont été interpellées au cours des troubles qui, depuis le 28 avril, ont émaillé certaines manifestations, bien que la plupart aient été pacifiques. Alors que le gouvernement a déployé l'armée en renfort dans les villes les plus affectées, plusieurs ONG ont accusé la police d'avoir tiré sur des civils. L’ONG colombienne Temblores a pour sa part répertorié 940 cas de violences policières et précisé que "la mort de huit manifestants présumément attaqués par des policiers" faisait l'objet d'une enquête. Le gouvernement a présenté son projet de réforme fiscale le 15 avril au parlement. Il entend accroître les recettes de l'Etat de l'équivalent de 6,3 milliards de dollars supplémentaires entre 2022 et 2031, pour financer les dépenses publiques.


La 4e économie d'Amérique latine est confrontée à sa pire crise en un demi-siècle, avec une chute du produit intérieur brut (PIB) de 6,8% en 2020 et un chômage officiel de 16,8% en mars. Si le président Duque a proposé de retirer son projet initialtembre 2020, treize jeunes avaient été tués lors de manifestations contre la violence policière, après la mort d'un homme de 43 ans brutalisé par un agent, et 75 autres personnes blessées par des projectiles présumés tirés par des agents des forces de l'ordre.


AFP