Mise à mort de milliers de visons soupçonnés d'être responsables d'une mutation du coronavirus