Mozambique: Palma ville fantôme, après une attaque revendiquée par l'EI


Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé contrôler la ville et revendiqué l'attaque, survenue à seulement 10 kilomètres d'un mégaprojet gazier de plusieurs milliards d'euros piloté par le groupe français Total. L'EI annonce aussi la mort de dizaines de militaires "et de chrétiens, dont des ressortissants d'États croisés". Le gouvernement mozambicain avait affirmé la veille que l'attaque d'ampleur à Palma s'était traduite par des dizaines de morts. Dans la soirée, l'EI a également diffusé une vidéo censée montrer les commandos. On y voit une bonne centaine d'hommes armés, jeunes pour la plupart, bandanas rouges ou tissus enroulés sur la tête, en treillis, T-shirts ou chemise longue. Plusieurs experts décrypteurs de ce type d'images ont affirmé à l'AFP qu'elles avaient été tournées à Mocimboa da Praia, un autre port aux mains des jihadistes de la région, à une date inconnue. Le signal du raid surprise mercredi, mené dans trois endroits de la ville de 75.000 habitants, semble avoir été l'arrivée prévue d'un bateau rempli de nourriture, selon plusieurs sources. L'attaque a immédiatement suivi son accostage, ont raconté des témoins à l'AFP. Selon eux, le chargement était destiné à alimenter les commerces de la ville mais aussi à distribuer de l'aide aux personnes déplacées, nombreuses à Palma, après avoir quitté leurs villages en raison, déjà, de violences jihadistes. Contrôlant le port stratégique de Mocimboa da Praia depuis août 2020, ils poursuivent avec la prise de Palma leur "stratégie littorale", comme le souligne un expert sécuritaire français auprès de l'AFP: complexifier le soutien logistique de la base gazière, désormais "uniquement accessible et ravitaillable par voie maritime depuis Pemba".


Reuters/AFP