Natation: à deux mois des JO, Wattel déploie ses ailes


Marie Wattel, valeur montante de la natation française et une des cinq Tricolores déjà qualifiés pour Tokyo, s'est offert son premier sacre européen sur 100 m papillon, ex aequo avec la Grecque Anna Ntoutounaki, mardi 18 mai à Budapest, à dix semaines des Jeux olympiques. Wattel et Ntoutounaki se sont imposées en 57 sec 37, devant la Suédoise Louise Hansson (57.56) dans le bassin hongrois. Pour mesurer le chemin parcouru par la sprinteuse annécienne, il faut remonter le temps. Jusqu'à ses JO-2016 sans relief, traversés furtivement à 19 ans seulement, et sa décision qui a suivi de s'exiler à Loughborough, au cœur de l'Angleterre, à l'automne 2016. Elle s'y entraîne depuis sous la houlette du Britannique Ian Hulme. Ça n'a pas payé immédiatement: en 2017, elle a déjà échoué à se qualifier pour les Mondiaux de Budapest. Mais saison après saison ensuite, elle a progressivement pris de l'épaisseur, jusqu'à s'affirmer au meilleur moment, à portée des Jeux de Tokyo. D'abord une finale individuelle européenne à l'été 2018 à Glasgow (7e du 100 m). Puis deux premières finales mondiales un an plus tard à Gwangju (Corée du Sud), sur 100 m papillon (7e) et 50 m papillon (5e). Enfin il faut ajouter la précieuse expérience tirée l'automne dernier de ses six semaines de voisinage avec certaines des meilleures nageuses mondiales et de courses effrénées en ISL, la ligue privée née en 2019. Si elle se "souhaite d'aller chercher les 56 sec à Tokyo", "gagner, ça marque les esprits", retient-elle. "Le truc, c'est de montrer aux autres filles qu'on peut toucher devant." Pour l'instant, ses 57 sec 37 nagées mardi 18 mai lui valent le huitième chrono mondial de la saison. Les cinq premiers sont sous les 57 secondes. Wattel en a bien conscience: "Il me reste du travail" mais "je suis positive pour la suite", insiste-t-elle.


AFP


1 view