Nucléaire iranien: des négociations "positives" après des tensions en série


Après plusieurs jours d'escalade, la tension est quelque peu retombée jeudi sur le dossier nucléaire iranien, avec la reprise à Vienne de discussions jugées globalement "positives" pour sauver l'accord international de 2015. Ce nouveau round de négociations, qui visent à faire revenir les Etats-Unis de Joe Biden dans l'accord, a duré environ deux heures et laissé "une impression générale positive", a rapporté l'ambassadeur russe Mikhaïl Oulianov, ajoutant que "le travail" se poursuivrait vendredi. L'Iran a émis une note plus réservée, refusant des négociations qui "traîneraient en longueur", selon un communiqué.

Ces pourparlers, qui impliquent les Etats toujours parties à l'accord (Allemagne, France, Royaume-Uni, Chine, Russie et Iran), se tenaient dans une ambiance tendue, deux jours après la décision de Téhéran d'enrichir l'uranium à 60%..


Le franchissement de ce seuil inédit, qui rapproche le pays des 90% nécessaires à une utilisation militaire, se veut une "réponse" au "terrorisme nucléaire" d'Israël après l'explosion survenue dimanche dans l'usine d'enrichissement de Natanz, argue Téhéran, qui accuse ouvertement les Israéliens d'avoir saboté cette usine. C'est "extrêmement inquiétant du point de vue de la non-prolifération nucléaire", a souligné depuis Bruxelles le porte-parole de l'UE Peter Stano, rappelant qu'"il n'y avait aucune justification civile crédible ou plausible" à une telle mesure.


AFP/Reuters