Nucléaire iranien: les discussions "se rapprochent" d'un accord (diplomates)


Les négociateurs qui tentent de ressusciter l'accord sur le nucléaire iranien "se rapprochent" mais des points d'achoppement demeurent, constatent plusieurs diplomates à l'issue d'un nouveau round de discussions dimanche 20 juin à Vienne, au lendemain de l'élection de l'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi à la présidentielle en Iran. La Grande-Bretagne, la Chine, l'Allemagne, la France, la Russie et l'Iran ont entamé en avril ces réunions sous l'égide de l'Union européenne, avec une participation indirecte des Etats-Unis, pour tenter de ressusciter l'accord de 2015. L'accord sur le nucléaire a été conclu entre la République islamique et le groupe dit P5+1 (CH, EU, FR, GB, RU et ALL) à Vienne en 2015. Il offre à Téhéran un allègement des sanctions internationales le visant en échange de garanties prouvant que l'Iran ne cherche pas à acquérir l'arme atomique. Mais en mai 2018, M. Trump a rétabli les sanctions américaines que l'accord avait permis de lever et a lancé une campagne de "pression maximale" contre l'Iran à coups de sanctions supplémentaires. En réaction, la République islamique s'est affranchie progressivement depuis 2019 de ses obligations. Elle a promis de revenir dans les clous dès que les Etats-Unis du président Joe Biden --qui a dit vouloir réintégrer les Etats-Unis à l'accord de Vienne-- lèveraient ces sanctions.


AFP