Nucléaire: l'Iran met en service de nouvelles cascades de centrifugeuses


L'Iran a annoncé samedi la mise en service de nouvelles cascades de centrifugeuses modernisées permettant d'enrichir plus rapidement l'uranium et dont l'utilisation lui est interdite aux termes de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.. Ces annonces interviennent alors que des discussions ont lieu à Vienne entre la République islamique et les autres Etats parties à l'accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) sur la façon de réintégrer les Etats-Unis au sein de ce pacte conclu à Vienne. Le président Hassan Rohani a inauguré officiellement une ligne de 164 centrifugeuses dites IR-6 et une autre de 30 IR-5, à l'occasion d'une cérémonie en visioconférence retransmise par la télévision d'Etat. L'accord de Vienne est moribond depuis que les Etats-Unis en sont sortis unilatéralement 3 ans plus tard en 2018, sous la présidence de Trump, rétablissant une avalanche de sanctions économiques et financières contre l'Iran. En riposte, Téhéran a commencé à s'affranchir de ses engagements à partir de mai 2019, et le rythme s'est accéléré ces derniers mois. Le nouveau président américain Joe Biden a déclaré qu'il était prêt à réintégrer l'accord, donc à lever les sanctions après négociations. De son côté, l'Iran dit être prêt à revenir à l'application pleine et entière du texte, à condition que les Etats-Unis lèvent d'abord toutes les sanctions qu'ils ont réimposées ou instaurées contre Téhéran depuis 2018. Jusque là, les échanges qui ont eu lieu cette semaine à Vienne entre l'Iran et ses partenaires sur une relance de l'accord ont été jugés "productifs" par l'Union européenne, qui coordonne les discussions.


AFP/Reuters