Orban étend sa domination grâce à la réforme universitaire hongroise


Le parlement hongrois a adopté mardi une loi créant des fondations pour prendre en charge la gestion des universités et des institutions culturelles dans un mouvement que les critiques disent étendre l'empreinte idéologique du gouvernement de droite au pouvoir. Actuellement, la plupart des universités hongroises appartiennent à l'État mais disposent d'une grande autonomie académique. Le projet de loi, rédigé par l'adjoint du Premier ministre Viktor Orban, dit que les universités doivent être réorganisées et gérées par des fondations parce que les conditions modernes exigent une «repensée du rôle de l'État» et que les fondations gèreront les institutions plus efficacement. Le parti Fidesz d'Orban, qui dispose d'une majorité des deux tiers au parlement, a voté mardi pour la législation. Son gouvernement nommera des conseils d'administration pour diriger les fondations, qui contrôleront d'importants actifs immobiliers et bénéficieront de milliards d'euros de fonds européens, tout en ayant également une influence considérable sur la vie quotidienne des universités. Le gouvernement dotera plusieurs des fondations en utilisant ses participations dans les sociétés de premier ordre MOL (MOLB.BU) et Richter (GDRB.BU) . Il allouera également plus de 1 billion de forints (3,3 milliards de dollars) de fonds de relance de l'UE pour la rénovation des universités. Les fondations gérant certaines des institutions culturelles seraient chargées de «renforcer l'identité nationale». Orban, arrivé au pouvoir en 2010, a resserré son contrôle sur une grande partie de la vie publique hongroise, comme les médias, l'éducation et la recherche scientifique.


Reuters/AFP