Paris: les toxicomanes interdits d'accès au Jardin d'Eole


Le Jardin d'Eole, ce parc du nord-est parisien où les consommateurs de crack avaient été regroupés provisoirement, leur est désormais interdit d'accès. La maire de Paris Anne Hidalgo, qui s'est rendue sur place mercredi matin, avait fixé à ce mercredi 30 juin la date butoir pour que ce parc redevienne un jardin pour les riverains.

Au côté de ses adjoints et des maires d'arrondissement du nord-est parisien, l'édile PS a affirmé mercredi matin qu'elle "ouvrirait des lieux" d'accueil des toxicomanes si l'Etat "ne prend pas ses responsabilités".Celui-ci a été nettoyé et des activités "positives" voulues par la mairie - ferme urbaine avec chèvres en semi-liberté, jeux, buvette - commençaient à se déployer. Les toxicomanes, qui habituellement quittaient le parc la nuit, étaient toujours présents aux abords du parc dans la matinée, mais étaient empêchés d'entrer par une cinquantaine d'agents municipaux. Dans un premier temps, seule une des trois portes du parc restait ouverte pour filtrer les entrées. Au jardin d'Eole, "la violence et l'insécurité se sont accrues et la “scène ouverte” a encouragé la consommation compulsive, favorisé des pratiques dangereuses et des comportements incompatibles avec la prise en charge des toxicomanes", reconnaît la mairie pour justifier la fin de cette "solution temporaire d'accueil" qu'elle avait acceptée. Afin de soulager les habitants du quartier de Stalingrad, les consommateurs de crack étaient regroupés depuis la mi-mai, le soir, dans ce lieu que les toxicomanes avaient l'habitude de fréquenter en journée avant de migrer vers Stalingrad, 500 mètres plus loin, pendant la nuit.


Source: AFP.


0 views