Personnalité: qui est Mahmoud Darwich?





L’amour, le désir, l’espoir, l’incommensurable drame palestinien, bref la vie. Ainsi sont les sujets au travers desquels Mahmoud Darwich touche la racine sensible des lecteurs. Né en 1941 en Palestine, et décédé en 2008 des suites d’une opération à cœur ouvert à Houston, Darwich est considéré comme l’un des plus grands poètes arabes contemporains.


En 1948, lui et sa famille sont forcés à l’exil. Leur village natal, Al-Birweh, fut entièrement rasé lors de la création de l’État d’Israël. Un an plus tard, ils s’établissent clandestinement dans l’État juif. S’engageant très jeune dans le Parti communiste judéo-arabe, il sera fréquemment arrêté et assigné à résidence ; le poussant in fine à opter pour l’exil. De Moscou, à Beyrouth, au Caire, en passant par Paris, à la Jordanie pour finalement s’installer à Ramallah où il dirigeait la revue Al Karmel, sa vie fut une constante traversée du monde.


Ses poèmes les plus célèbres, « Rita » ou encore « Je me languis du pain de ma mère », ont influencé nombre de générations en Palestine et au-delà. Ses œuvres ont été adaptées au théâtre, en chanson ou sont devenues des slogans ; l’invitant à démontrer, sur un ton empreint d’humour, les liens entre politique et poésie. Il se définissait comme un poète troyen, comme « l’un de ceux à qui on a enlevé jusqu’au droit de transmettre leur propre défaite ». Néanmoins, au risque de nuire à l’un comme l’autre, Darwich récusait l’idée qu’on le réduise au rôle de représentant pour la cause palestinienne ou encore que l’on assujettisse sa poésie aux critères de la lutte de libération nationale.


Nombreux de ses livres ont été traduits en français dont une anthologie « Poèmes 1966-1982», Rien qu'une année, aux éditions de Minuit.


Chéïmâ S.

2 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain