Perte massive pour Air France-KLM après un choc du Covid-19 "sans précédent"


Des chiffres donnant le “tournis": Air France-KLM a perdu 7,1 milliards d'euros l'année dernière, un choc "sans précédent" provoqué par le Covid-19 qui a ravagé le transport aérien et privé le groupe franco-néerlandais des deux tiers de ses clients. Le chiffre d'affaires s'est effondré de 59% par rapport à 2019 pour tomber à 11,1 milliards d'euros, a précisé jeudi 18 février le groupe dans un communiqué.


La rentabilité des compagnies aériennes dépend de leur capacité à faire voler le plus possible leurs coûteux appareils remplis au maximum, une équation devenue insoluble dès le début de la crise, qui a conduit les gouvernements français et néerlandais à accorder des prêts directs ou garantis à Air France-KLM, pour plus de 10 milliards d'euros au total.


Encore à 83.000 fin 2019, les effectifs ont fondu de plus de 10% en un an: 5.000 de moins chez KLM et 3.600 chez Air France. "Des plans en cours permettront encore d'accompagner environ 900 départs chez KLM et environ 4.900 chez Air France", des efforts "indispensables" selon M. Gagey. Sur l'année entière, Air France-KLM a perdu 67,3% des passagers de 2019, une tendance aggravée lors du seul quatrième trimestre (-75,9%).


Seul point positif, le chiffre d'affaires du transport de fret a augmenté, conséquence d'une hausse des tarifs provoquée par une réduction mondiale de l'offre. C'est pour renforcer son bilan qu'Air France-KLM discute avec la Commission européenne. Mais Bruxelles demande des contreparties pour préserver une concurrence équitable, comme la cession de précieux créneaux aéroportuaires d'Air France à Paris-Orly.


La déroute d'Air France-KLM est cohérente avec celle de l'ensemble du secteur aérien mondial, qui a vu s'évaporer 66% de son trafic passagers en 2020. Les compagnies ont subi des pertes cumulées de 118 milliards de dollars l'année dernière.


Reuters/AFP


1 view

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain