Poésie : Qui est Arthur Rimbaud ?


Référence française parmi les poètes, Arthur Rimbaud fascine. Qui est au juste ce poète maudit ? Né à Charleville-Mézières en 1854, Rimbaud grandit en enfant prodige avant de s’affranchir à 15 ans du droit chemin et de devenir poète. Dans la bohème, il écrit « Petit poucet rêveur, j’égrenais dans ma course des rimes ». Rimbaud se compare à un bohémien, sa poésie est rythmée par les pas de ses marches insatiables. Après l’école buissonnière dans les Ardennes, ce sont les fugues à Paris et en Belgique qui caractérisent sa jeunesse.

L’enfant baudelairien se définit comme un poète « voyant », élément vital de sa poésie, « [ayant] vu quelquefois ce que l’homme a cru voir » tel qu’il dit dans le célèbre Bateau Ivre. Observateur de son époque et témoin de la fulgurance des progrès techniques, Rimbaud conteste par l’ironie ou la provocation l’ordre établi et s’intéresse beaucoup à la science. En 1871, il débute avec Paul Verlaine une relation artistique, amoureuse et tumultueuse qui durera deux ans. Puis, Rimbaud achève en 1873 « une saison en enfer », seul recueil qu’il publie lui-même, avant de décider un peu plus tard qu’il en a fini avec la poésie. Il n’y reviendra plus. En 1886, sous l’impulsion de Verlaine, paraissent sans qu’il le sache « les Illuminations », poèmes en prose, où l’on assiste à une véritable réinvention de la langue. « L’homme aux semelles de vent » a, lui, vogué vers d’autres terres.


Il vit plusieurs années en Afrique, s’immergeant dans un réel plus pragmatique, travaillant tantôt comme barista-sommelier au Yémen, tantôt comme vendeur d’armes en Abyssinie… Les lettres alors adressées à sa mère témoignent d’une résignation à un ennui total. Là bas, un cancer du genou se déclare. Le parcours du dromomane s’arrête. Il meurt à Marseille en 1891. Au fond, tout au long de son existence, Arthur Rimbaud n’a jamais cessé de montrer que « Je est un autre ».


2 views