Pourquoi l’affaire Mediapro qui dure depuis un mois pourrait faire couler le football français ?


Après un premier retard de paiement en août, le groupe audiovisuel espagnol Mediapro a souhaité renégocier son contrat avec la Ligue professionnelle de football (LFP) ce jeudi 8 octobre. Cet accord concerne les droits télévisés de la Ligue 1 et de la Ligue 2 acquis jusqu’en 2024. Le patron du groupe, Jaume Roures, a pointé du doigt la crise sanitaire, mais le problème vient surtout du fait que la nouvelle chaîne principale Téléfoot manque d’abonnés. Une crise qui risque de heurter fortement les clubs de Ligue 1 financièrement. Deux mois et demi après le lancement de la chaîne, le journal L’Équipe révèle qu'elle ne compterait que 400 000 abonnés, un maigre chiffre comparé aux 3,5 millions espérés par Mediapro. Jaume Roures dément aujourd'hui ces chiffres et revient sur ses propos : “On n’a jamais dit qu’on voulait 3 millions d’abonnés sur la première saison, c’est un projet sur quatre saisons”. Quel est le problème alors ? Si le groupe qui possède les droits télévisés ne peut pas payer la LFP, cette dernière ne peut pas reverser les revenus à l’intégralité des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2. Pourtant, la télévision est nécessaire pour faire vivre les équipes : la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) avait annoncé que ceux-ci représentaient 36 % des revenus de la Ligue 1 en 2018-2019. Deux solutions sont envisageables à ce stade. La Ligue peut renégocier les droits avec Mediapro ainsi qu’avec les autres chaînes, Canal+ et Beinsports. Mais la Ligue peut aussi demander directement au fonds chinois Orient Hontai Capital, qui soutient Mediapro, de rembourser l’échéance d’octobre qui n’a toujours pas été payée. Le patron de Canal+, Maxime Saada, s’est exprimé dans un entretien au titre de presse Les Échos qu’il “n’est pas question de faire plonger Canal+ dans le rouge en réinvestissant à perte dans le football”.


Rédacteur: Paul Rouchard

Rédacteur en chef : Aurélien Vurli

24 views