Pourquoi l’allongement du congé paternité est-il présenté comme une mesure égalitaire majeure ?


Le mercredi 23 septembre, le Président français Emmanuel Macron a annoncé l’allongement du congé paternité de 14 à 28 jours. Une décision qui entrera en vigueur en juillet 2021 et prise à la suite d’un rapport d’une commission d’experts sur les « 1 000 premiers jours de l’enfant ».


C’est un allongement réclamé depuis plusieurs années par les syndicats, les militantes féministes et de nombreux pères. D’après un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales, cette mesure permettrait de nombreux progrès, telles qu’une meilleure répartition des tâches au sein du couple et une avancée égalitaire sur le plan professionnel.


L’aspect égalitaire entre les hommes et les femmes se concentre sur la répartition de la charge parentale qui repose très souvent sur les femmes. Il s’agit aussi de permettre une égalité professionnelle pour ces dernières puisque la maternité reste un frein à la carrière des femmes.


Le deuxième objectif de cet allongement est d’inciter les pères à prendre le congé paternité, notamment ceux avec un statut précaire. En effet, 80 % des salariés en CDI y ont recours, mais seuls 48 % de ceux en CDD. Une raison : celle de la peur de perdre son emploi s'ils disparaissent pendant 15 jours.


Même si pour Emmanuel Macron cette « réforme est extrêmement consensuelle » puisque « 80% de la population y est favorable », il reste cependant des problématiques que soulève la commission. Entre autre, rebaptiser le congé de « parentalité » afin d’inclure les familles homoparentales ou encore proposer un congé partageable entre les parents pour plus d’égalité entre ces derniers. En effet, la France reste très en retard par rapport aux pays nordiques qui prouvent que l’attachement de la mère ET du père favorise un bon développement de l’enfant.


Auteur: Camille Guitton

Rédacteur en chef: Guillaume Placide-Breitenbucher


5 views