Pourquoi l'embargo américain en vigueur depuis 1962 est-il la source des manifestations cubaines?


Après la vague de mobilisations survenue dimanche 11 juillet à Cuba dénonçant la crise économique aggravée par la pandémie, le président Miguel Diaz-Canel a justifié la situation cubaine par l’embargo américain appliqué au pays depuis 1962 par John F. Kennedy. Selon lui, la “politique d'asphyxie économique” exercée par les Etats-Unis est responsable des contestations populaires inédites dans le pays.


L’embargo avait pour but initial de lutter contre le rapprochement entre Cuba et l’URSS pendant la Guerre froide. Après la chute de l’Union Soviétique en 1991, le gouvernement de George H. Bush justifiait le maintien de cet embargo par le rétablissement de la démocratie dans un pays marqué par le gouvernement dit “révolutionnaire” instauré par Fidel Castro en 1959. L’adoption de la loi américaine Torricelli en 1992 sanctionnait les importations maritimes américaines sur le sol cubain et les Etats venant en aide au pays.


Après l’assouplissement de l’embargo par Barack Obama, Donald Trump a renforcé le blocus en mettant en place un total de 243 mesures contre Cuba pendant son mandat entre 2017 et 2021, dont l’inscription du pays sur la liste noire des Etats soutenant le terrorisme. Cuba est alors interdit de toute réception d’aide financière d’autres Etats. L’accumulation de ces mesures a coûté au pays environ 20 milliards de dollars selon Johana Tablada, une responsable du ministère des Affaires Étrangères cubaines.


Condamné par l’ONU une 29ème fois le 23 juin, l’embargo américain n’est pas pour autant la plainte principale des cubains. Ainsi, le slogan "A bas la dictature" entendu pendant les manifestations fait référence aux actions du gouvernement. La réforme salariale instaurée le 1er janvier 2021 et l’augmentation des salaires n’ont pas suffi à contenir l’inflation montante du pays qui est attendue entre 400 et 500 % cette année.


Auteur: Lena Loyaté

Rédacteur en chef: Marie-Caroline Reynier