Pourquoi l’Eusko basque, première monnaie locale, constitue-t-elle une “alternative social à l'euro?


L’eusko est une monnaie locale basque gérée par l’association Euskal Moneta lancée en 2013. Elle est aujourd’hui considérée comme la première monnaie locale d’Europe en termes d’utilisateurs et fait la fierté de nombreux Basques.


Son réseau ne cesse de s’étendre: pas moins de 1000 professionnels l’utilisent; 23 communes, et la majeure partie de la Communauté d’Agglomération du Pays Basque, y ont adhéré. A cela s'ajoutent 3800 particuliers qui l’utilisent quotidiennement. L'Eusko semble donc fédérer les acteurs locaux autour des ambitions sociales dont il se veut porteur.


Dès sa création, la monnaie a été conçue pour inciter ses utilisateurs à soutenir l'activité régionale, en privilégiant les circuits courts. Cela doit permettre de faire de l'eusko un outil pour la relocalisation des entreprises au Pays Basque et pour la lutte contre le réchauffement climatique. Les conditions d'accès à l'Eusko sont porteuses de cette recherche du "local". Une entreprise doit justifier d’un siège social domicilié au Pays Basque. Les agriculteurs quant à eux doivent impérativement s’inscrire dans une démarche paysanne locale. L’objectif de défense du commerce de proximité exclut de fait les acteurs de la grande distribution. Toutes ces mesures participent donc à la préservation de l’identité régionale basque.


Enfin, l'eusko se présente comme une monnaie sociale car elle est non spéculative. La conversion en euros est soumise à une taxe de 5%, ce qui rend difficile l'enrichissement de spéculateurs potentiels. L'objectif de dynamisation de la région et de ses acteurs est ainsi préservé. Ainsi l’eusko a véritablement une dimension sociale.


La possibilité de payer par carte de crédit fait l'originalité de l'eusko et est l'une des raisons de sa popularité. Mi-2020, deux millions d’euskos étaient en circulation. Il y a fort à parier que cette monnaie pourrait inspirer de nouvelles initiatives locales.


Auteur: Romain C.

Rédacteur en chef: Guillaume Placide-Breitenbucher


10 views