Pourquoi l’interdiction du glyphosate promise par Macron n’est-elle toujours pas effective ?


Lundi 27 novembre 2017, le président Macron tweetait ceci : “J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que les alternatives auront été trouvées et au plus tard dans 3 ans.” Cette déclaration faisait suite à la décision de l’UE de prolonger jusqu’en 2022 l’autorisation de cet herbicide néfaste pour l’environnement et considéré comme “probablement cancérogène”. Alors pourquoi cette volonté d’interdiction n’a-t-elle pas été menée à bout ? Premièrement, l’interdiction du glyphosate fait face au manque d’alternatives au produit utilisé. Une des options mises en avant est la pratique du “labour fréquent” (technique du travail du sol arable), cependant cette pratique nuit aussi à la biodiversité et engendre une consommation de fioul qui amplifie l’effet de serre. Ensuite, se passer du glyphosate engendre un surcoût pour les agriculteurs, ce qui impactera la compétitivité des produits français. Les agriculteurs pourraient se voir récompensés par des paiements pour services environnementaux, mais pour ce faire le gouvernement devrait consentir à un énorme effort financier qu’il n’est pas encore prêt à fournir. On ne parle donc plus d’une interdiction totale de l’utilisation du produit car il existe certaines situations comme celles des mauvaises herbes tenaces (adventices vivaces) où il a été convenu de l’impossibilité de se passer de l’herbicide. Pourtant, suite au remaniement gouvernemental en juillet 2020, l’objectif reste de mise. Les interdictions seront assorties d’un délai de grâce de 12 mois. Le glyphosate restera en effet en vente libre pendant 6 mois et utilisable pour 6 mois supplémentaires, ce qui mènera à 2022. Que ce soit au niveau national ou européen, les mesures ne sont pas à la hauteur de l’objectif du Green Deal européen.



Quelle est votre opinion ?

Auteur: Thibault Steppé Rédacteur en chef: Damien L


0 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain