Pourquoi l’opposition de Macron à la diplomatie turque est-elle stratégique pour la France ?


Sous le quinquennat d’E.Macron, la France affirme clairement son opposition au régime turc aux tendances autocratiques dirigé par Erdogan. La politique diplomatique turque est caractérisée par certains États de “néo-ottomane”, soit une politique impérialiste visant à reconstruire les frontières de l’Empire Ottoman par le biais d’influences ou d’ingérences. La stabilité du Moyen Orient est essentielle pour la France car elle est directement touchée par les mouvements migratoires qui résultent des crises de la région et s’inquiète aussi de l’établissement d’idéologies islamistes qui entraîneraient une perte d’influence dans la région. La Turquie, quant à elle, finance l’islamisme afin d’affaiblir certains gouvernements et de se trouver de nouveaux alliés. Dès lors, le bras de fer qui oppose Macron à Erdogan est essentiel pour la protection des intérêts de la France au Moyen Orient. L’influence française a été détruite en Syrie par la Russie s’alliant à Assad et par la Turquie qui suite à sa confrontation avec les Kurdes a démontré l’impuissance européenne. De plus,, en Libye, la France et la Turquie s’opposent aussi car Erdogan soutient le gouvernement islamiste élu, et la France soutient le maréchal Haftar. De plus, Macron milite depuis son élection pour une défense européenne commune. En apportant son soutien à la Grèce et à Chypre dans le conflit qui les oppose à la Turquie, la France protège les frontières européennes et entend montrer l’exemple sur la possible viabilité d’une défense commune, au détriment d’une défense par l’OTAN.


Ainsi, l’opposition française à la Turquie sert les intérêt français. En outre, renoncer à cette confrontation pourrait renforcer Erdogan le positionnant ainsi dans un rapport de force favorable en Mer Égée et au Moyen-Orient.



Auteur: Nans

Rédacteur en chef: Claire Champenois

9 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain