Pourquoi la décoration du président égyptien Al-Sissi fait-elle polémique en France ?


Le 7 décembre 2020, à l’occasion d’un voyage diplomatique, Emmanuel Macron a remis la médaille de Grand Croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction française, au président égyptien Al-Sissi. L’émission télévisée Quotidien a lancé une polémique en révélant que la cérémonie de remise de cette décoration n’était pas inscrite sur l’agenda présidentiel français.


Yann Barthès relevait alors un paradoxe. A savoir que, la présidence d’un pays démocratique cachait une information, tandis qu’elle était diffusée par la présidence égyptienne, à la tête d’un régime autoritaire. Les critiques reprochaient au président français de décorer un chef d'État qui, selon les ONG de défense des droits de l’Homme, transgresse les libertés humaines notamment au sujet de la liberté d’expression.


La Grande Chancellerie de la Légion d’honneur a répondu à la polémique en affirmant que la remise de la distinction était traditionnelle lors de visites de chefs d'État. De plus, cette décoration prend place dans le cadre de visites d’État « au titre de la réciprocité diplomatique » ou de gratitude pour le soutien de « la politique étrangère de la France ».


Aussi, la venue de Al-Sissi à Paris trouve plusieurs explications. En effet, l’Egypte est un pays stable et Al-Sissi est engagé contre le djihadisme et les penseurs islamistes, tels que les Frères musulmans, qu’il emprisonne ou exécute. Cette lutte contre ses opposants lui doit des critiques des ONG de protection des droits de l’Homme, qui déplorent l'autoritarisme face à l’adversité politique en Egypte. En outre, l’Egypte est un partenaire crucial dans l’achat des armes et technologies militaires françaises.


De la sorte, Emmanuel Macron a affirmé qu’il ne fallait pas sacrifier la coopération militaire ou économique avec l’Egypte à cause de désaccords sur l’exercice des droits humains. Préférant alors servir les intérêts stratégiques de la France au prisme d’un réalisme géopolitique. Il justifie cette position en affirmant qu’il ne lui appartient pas de prendre les décisions politiques pour l’Egypte.


Auteur: Nans

Rédacteur en chef: Margot Cocquet



4 views