Pourquoi la fonte des glaces de l’Arctique favorise-t-elle l'émergence des enjeux commerciaux?


Aujourd’hui, la crise climatique est devenue un enjeu international : l’augmentation de la température a déjà des conséquences visibles. En Arctique, l’impact du changement climatique est plus fortement marqué et rapide par rapport à d’autres régions du monde. La calotte polaire ne cesse de rétrécir et engendre de nouveaux enjeux. En effet, les ressources naturelles non-renouvelables telles que le pétrole ou les hydrocarbures sont présentes en abondance dans le sous-sol de l’Arctique, préservées des activités minières sous leur couche de glace. En 2008, l’Agence gouvernementale américaine de recherche géologique (USGS) a estimé à 90 milliards le nombre de barils de pétrole non-découverts contenus dans l’Arctique. La fonte des glaces devrait faciliter l’accès à cet « or noir », à tel point qu’on peut s’attendre à une « ruée vers le froid » pour se l’approprier. De nombreux acteurs étatiques s’y intéressent, principalement la Russie, la Chine et les États-Unis. De plus, de nouvelles routes maritimes reliant l’Europe à l’Asie s’ouvrent grâce à la fonte des glaces, et certaines routes déjà existantes restent ouvertes durant une plus longue période. Le transport des barils via ces nouvelles routes permettrait de gagner un temps non-négligeable : 5000 à 10 000 km pourraient être économisés. Malgré cela, cette « ruée » n’est pas encore visible en raison de coûts financiers et environnementaux trop élevés par rapport aux gains financiers, selon l’USGS. En effet, la logistique pour les exploitations côtières et maritimes est compliquée à mettre en place en raison des conditions extrêmes du pôle Nord. En ce qui concerne les exploitations terrestres, les « routes de glaces » devront être remplacées par des routes permanentes très coûteuses en bitume. L’avenir de l’Arctique est donc encore flou et dépend des efforts climatiques planétaires.


Quelle est votre opinion ?


Auteur: Arnaud Izzard

Rédacteur en chef: Coline