Pourquoi la France défend-elle une position pro-nucléaire dans sa stratégie énergétique et écolo ?


“Notre avenir énergétique et écologique passe par le nucléaire”. Ces mots, tenus par Emmanuel Macron en décembre 2020 lors d’une visite dans un site Framatome au Creusot, peuvent paraître incongrus. En effet, face à la montée des écologistes (EELV) dans les sondages, favorables aux ENR, et face à la décision d’Angela Merkel de mettre fin à la production nucléaire allemande, le choix français peut sembler absurde. Mais pourquoi alors la France d’Emmanuel Macron s’entête-t-elle à défendre son activité nucléaire ? La position française s’explique principalement par deux raisons Tout d’abord, et c’est là une raison essentielle, la question de l’emploi. En effet, le nucléaire constitue la troisième filière industrielle en France. Selon la Société française d’énergie nucléaire, 220 000 emplois sont concernés directement ou indirectement par le nucléaire. Par ailleurs, sachant que cette industrie représente près des ¾ de la production d’électricité, il semble difficile de s’en défaire. Ainsi, pour des raisons pratiques, économiques et sociales, il semble aujourd’hui très difficile de se séparer du nucléaire. Sur le plan écologique ensuite, deux visions s’opposent. Les Verts prétendent que le nucléaire est contraire aux ambitions environnementales portées par leur parti en raison principalement des risques engendrés (Tchernobyl est régulièrement mentionné) et des coûts d’entretien. Pour Emmanuel Macron et autres adeptes du nucléaire, c’est la seule possibilité de proposer une énergie décarbonée. Plus précisément, la position défendue par le gouvernement consiste en un mix énergétique comprenant énergie nucléaire et énergies renouvelables. Eu égard aux différents éléments susmentionnés et à l’urgence écologique qui s’annonce, la question de la proportion du nucléaire dans ce mix énergétique est décidément posée.



Auteur: Arnaud C

Rédacteur en chef: Anastasia Gilbert


7 views