Pourquoi la France est-elle réticente à la diversité linguistique régionale ?


La loi Maloc, proposée par le député breton d'opposition Paul Maloc souhaite promouvoir le patrimoine immatériel et la culture des langues régionales françaises. Les linguistes estiment qu’il existe, en France, environ 75 langues régionales dont une petite partie est parfois enseignée à l’école.


En sociolinguistique les chercheurs s’accordent à dire que la langue officielle d’un pays s’organise autour de la région où le pouvoir politique, économique et culturel est le plus important. Au fil des années celle-ci devient la langue standard du pays qu’il faut absolument maîtriser, elle est symbole de prestige. Actuellement en France, 26 langues sont en voie de disparition parmi lesquelles le languedocien, le breton, le picard ou encore le provençal, classées comme « sérieusement en danger » par l’UNESCO. Comment peut-on expliquer la nécessité d’une telle loi dans un pays où la culture est si précieuse ?


Le langage, de par ses expressions et symboles propres à sa société, est le principal vecteur d’une culture. En effet, historiquement, lorsque l’on s’attaque à cette dernière, on passe premièrement par l'éradication de la langue, et donc indirectement à tout son patrimoine. Ce fut par exemple le cas avec l'ethnocide des kurdes en Turquie ou celui des amérindiens au Canada.


Les langues sont donc loin d’être simplement un moyen de communiquer avec d’autres personnes ce sont aussi un moyen de transmission d’une culture. Or, durant la Révolution française, et particulièrement pendant la troisième république, l’école a eu pour rôle d’apprendre aux jeunes le « vrai français » et à refuser toute autre langue considérée comme douteuse. Le fait de parler une autre langue que la langue nationale pourrait “ altérer le sentiment d'appartenance nationale.” Au fil du temps, cette politique est remise en question par des revendications régionales.


Ces revendications s'appuient sur plusieurs arguments. Pour les enfants, parler une autre langue faciliterait par la suite l’apprentissage des langues actuellement enseignées telles que l’anglais, l’espagnol, l’allemand… Cela permettrait aussi de renforcer une culture, une diversité qui tend à disparaître. La loi Maloc a pour but de renforcer l'identité des diverses régions afin de faire renaître ces langues, de leur donner une légitimité et éradiquer les stigmatisations.


Cette loi est une avancée importante pour la population dans la reconnaissance de ces langues comme étant des langues légitimes et ayant une culture propre. La diversité linguistique de la France va- t-elle pouvoir évoluer et être acceptée dans un futur proche ?


Auteur: Solene

Rédacteur en chef: Aurélien V.


8 views