Pourquoi la Russie se positionne-t-elle comme le médiateur dans le conflit du Haut-Karabagh ?

Updated: Nov 5, 2020


Préoccupé par la situation dans le Caucase, le président Vladimir Poutine est prêt à servir de médiateur entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Alors qu’une entente éphémère régnait depuis quatre ans, des affrontements transfrontaliers ont repris le 16 juillet 2020. Les deux États s’accusent mutuellement d’avoir relancé ce conflit gelé depuis 2016 alors que la question du Haut-Karabagh nourrit toujours les tensions.


Durant l’effondrement progressif de l’URSS, la région du Haut-Karabagh, composé majoritairement d’Arméniens, avait réclamé son indépendance de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan à la fin des années 1980. Déclenchant ainsi un conflit, l’Arménie avait réussi à prendre le contrôle de ce territoire après avoir signé un accord de cessez-le-feu le 16 mai 1994.


Etant donné que les pays du Caucase étaient membres de l’URSS (devenue la Russie après sa dissolution en 1991), les Russes désirent garder leurs emprises en s’impliquant dans ce conflit. Dès lors, ils proposent leurs aides pour des raisons géostratégiques importantes comme la vente d’armes aux deux États mais également pour sécuriser l’accès à la mer ou les réserves de pétrole.


En se positionnant en tant que médiateur, le pays continue à se comporter comme la superpuissance de la région dans le but de contrecarrer les ambitions territoriales turques. En effet, la Turquie essaye d’étendre son influence dans la région et de consolider leurs relations avec l'Azerbaïdjan. En outre, la Russie veut également tenir tête à d’autres acteurs étatiques comme les Etats-Unis ou la France.


Par conséquent, l’avenir de ce conflit est encore flou puisque la réémergence des tensions n’aide pas à la résolution de celui-ci. Sur fond de tensions ethniques, politiques et nationalistes, la Russie joue un double jeu : d’un coté elle se propose comme le médiateur entre les deux parties prenantes de l’autre, elle en nourrit les tensions.


Auteur: Arnaud Izzard

Rédacteur en chef: Saïmi Steiner


Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain