Pourquoi la "tribune des généraux" publiée par Valeurs actuelles inquiète-t-elle le Min des Armées?


La publication de deux tribunes militaires le 22 avril dernier dans le magazine Valeurs actuelles a déclenché une vive controverse au sein de la classe politique française, certains y dénonçant un appel à l'insurrection, d'autres saluant un sursaut salutaire. Face à la polémique, les autorités militaires craignent l’amalgame et s'inquiètent de la montée en puissance de la thématique sécuritaire au sein de l’armée. Selon le code de la défense, les militaires ont pour obligation de ne pas mentionner leur statut lorsqu’ils expriment des opinions personnelles. En réponse à ce manquement, le général François Lecointre, chef d’état-major des armées, a brandi la menace de sanctions. En conséquence, dix-huit signataires en activité passeront devant un conseil militaire. La situation est néanmoins complexe, et la hiérarchie cherche la bonne façon de réagir, car le constat sur le « délitement » de la France rencontre un certain écho au sein des armées. Si le désaveu des autorités militaires est net, le problème de fond que la publication de la tribune met en avant n’est pas résolu. Il est en effet compliqué pour le Ministère de condamner le fond du texte en plus de la forme, car le devoir de réserve s’applique également aux autorités supérieures. Si le général Lecointre a réfuté toute théorie de radicalisation d'extrême droite, il est indéniable que les thèmes mis en avant par le Rassemblement National rencontrent un succès certain au sein de l’armée. En effet, il est estimé que quatre militaires sur dix votent pour le RN, soit près de deux fois plus que la moyenne nationale.

Bien que les tribunes représentent un embarras pour le Ministère des Armées, elles ne sont guère plus qu’un symptôme des tendances politiques qui se sont progressivement enracinées au sein du corps militaire ces dernières années.



Auteur: Paul Sautereau

6 views