Pourquoi la vaccination ne freine-t-elle pas assez l'épidémie du Covid19 et de ses variants ?


Depuis le mercredi 10 mars, le pays possède 7 858 310 doses, et 3 772 579 personnes ont reçu les premières doses du vaccin Pfizer-Biontech, vaccin principalement administré. Par ailleurs, seul un soignant sur trois a reçu les deux doses : 40% dans les Ehpad et 30% pour les soignants globaux. L’essentielle faille de la gestion de l’épidémie vient du manque de moyens des hôpitaux dû au manque de lits. Malgré le couvre-feu, la barre des 70 000 morts liés au Covid a été franchie en février 2021, et les moyens actuels développés ne semblent pas à la hauteur des attentes du personnel médical. En effet, le Syndicat Sud-Santé des Hôpitaux de Paris estime que les dispositions présentes ne permettent pas une prise en charge adaptée pour la population. S’il n’y a pas assez d’injections pour faire diminuer le taux de contamination, les hôpitaux continueront de déborder. Certaines régions parviennent à vacciner plus rapidement que d’autres, telles que l'Occitanie : à Toulouse, environ 5 000 personnes ont été vaccinées le week-end du 6 mars. Néanmoins, les régions les plus touchées comme la région PACA ne sont pas celles qui vaccinent le plus. En effet, les livraisons en région PACA ont chuté de 30% fin janvier. La volonté des citoyens français de se faire vacciner est en cause, car le doute règne sur l’efficacité et les effets secondaires du vaccin. Celui-ci étant non obligatoire, il n’encourage pas l’accélération de l’administration des doses. La discipline des citoyens est aussi en question : les mesures sanitaires ne sont de fait toujours pas respectées et les variantes sont plus contagieuses. Reste à savoir également si le vaccin est efficace contre elles. Des doses seront disponibles en pharmacie vers la mi-avril 2021. La France ne devrait pas avoir recours à un confinement. Le scénario le plus probant serait une amélioration effective à la fin de cet été.



Auteur: Aubépine

Rédacteur en chef: Anastasia Gilbert


3 views