Pourquoi le choix Français de ne pas interdire la pêche en Atlantique mets en danger les dauphins?


Le 7 octobre 2020, la ministre de la mer Annick Girardin a décidé de ne pas suspendre la pêche dans le Golfe de Gascogne malgré les craintes des biologistes quant à son impact sur les écosystèmes marins.


L’accroissement du nombre de cadavres de dauphins échoués sur les plages de la côte atlantique alerte sur la mise en danger de l’espèce. Cette seule année, ce sont pas moins de 1300 cétacés qui ont été retrouvés morts. Cette hécatombe est surtout due à la prise accidentelle dans les filets des cétacés par les pêcheurs puisque selon l’observatoire Pelagis, 85% des cadavres présentent des traces d’engins de pêche.

Le 2 juillet 2020, le tribunal administratif de Paris avait déjà statué sur une « carence » de l’État quant à la protection des cétacés. En parallèle, l’association Sea Shepherd et 26 autres ONGs ont déposé une plainte commune auprès de la Commission Européenne à l’encontre de la France pour non respect du droit communautaire concernant le respect de la biodiversité marine. La plainte étant jugée pertinente, la France avait donc 3 mois pour trouver des solutions adéquates sous peine d’être saisie par la Cour de justice de l’Union européenne.


Finalement, dans la matinée du Mercredi 7 octobre, la ministre de la mer Annick Girardin a rejeté l’éventualité d’une fermeture temporaire de la pêche dans le golfe de Gascogne. Cette option visant à fermer pendant deux semaines les pêcheries problématiques avait été avancée par le Conseil international pour l’exploration de la mer. À l’inverse, le comité national des pêches maritimes a, quant à lui, salué la décision de la ministre de réaffirmer son intention de trouver d’autres solutions pour endiguer ces prises accidentelles.


Cette décision gouvernementale met donc en avant la préservation de l’activité économique malgré les dégâts engendrés par cette dernière sur les cétacés. À l’avenir, les conflits relatifs à la protection de la biodiversité et à l’accès aux ressources nécessaires à l’économie seront toujours plus nombreux. L’arbitrage étatique prend donc une importance cruciale pour décider du monde de demain.



Auteur: Antoine

Rédactrice en chef: Claire Champenois

1 view

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain