Pourquoi le projet minier de la Montagne d’or fait-il tant débat d’un point de vue environnemental ?


La Montagne d’or est un immense projet d’exploitation minière en Guyane. Il est porté par la compagnie minière française Montagne d’or, en collaboration avec une société canadienne et une société russe. Il doit débuter en 2022 et prévoit d’extraire 85 tonnes d’or par cyanuration pendant 12 ans. La mine d’or se trouvera en plein cœur de la seule forêt tropicale humide de l’Union Européenne. Le 21 janvier 2019, le gouvernement français avait implicitement refusé de renouveler pour 25 ans les concessions minières de la compagnie, stoppant le projet. Cependant, le 24 décembre 2020, le tribunal administratif de Cayenne « a enjoint l’Etat à prolonger les concessions minières dans un délai de 6 mois », permettant au projet d’amorcer un redémarrage. Pour exploiter une mine d’or, on utilise du cyanure, un composant chimique toxique qui rend l’or soluble. Après cette transformation, l’eau et les boues contaminées au cyanure sont stockées dans des bassins. En cas de débordement, à cause de fortes pluies par exemple, le cyanure serait alors déversé dans la nature. Le projet engendre également d’autres dégâts environnementaux. La construction de la mine nécessite de raser l’équivalent de 920 terrains de football de forêt primaire. La mine devrait aussi consommer 140 000 litres d’eau par heure et utiliser des millions de litres de fuel pour fonctionner. Ses besoins électriques atteindront l’équivalent de 8,5 % de la consommation électrique totale de la Guyane, d’après les calculs du site Novethic. La société canadienne Orea Mining a annoncé des « modifications et améliorations » du projet concernant, entre autres, le stockage des déchets toxiques. Pour les défenseurs de l’environnement, ces modifications ne changeront pas la donne. D’autant plus que d’autres conséquences posent problème telles que la création de routes et la quantité d’énergie et d’eau consommée.

Auteur: Clémence D Rédacteur en chef: Damien

1 view

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain