Pourquoi le Qatar mise-t-il autant sur le “sport power” dans sa politique internationale ?



Petit pays de 11 000 km² dans une région troublée sur le plan géopolitique, le Qatar ne peut se reposer sur une armée solide pour assurer sa sécurité. Ce dernier doit donc développer des stratégies inventives pour étendre son influence à l’échelle mondiale : ainsi, le Qatar mise en grande partie sur le sport. Les investissements du Qatar dans le monde sont gérés par la Qatar Investment Authority, fonds d’investissement souverain du royaume créé en 2005. Ce dernier a une filiale réservée aux investissements sportifs, Qatar Sports Investment, gérée par l’ancien joueur de tennis Nasser al-Khelaïfi. Les investissements Qataris dans le domaine du sport sont nombreux : achats de clubs de foot, comme le très médiatisé achat du Paris Saint-Germain en 2011 ; sponsor de nombreux clubs sportifs par l’intermédiaire de leur compagnie aérienne Qatar Airways ; achats des droits de la Ligue 1 et Ligue 2 par leur chaîne sportive BeIN Sports… Le Qatar cherche également à organiser des compétitions sur son sol, comme la Coupe du Monde de Football qui s’y tiendra en 2022. La petite monarchie du Golfe a également présenté sa candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2032. Cette méthode permet au Qatar de diversifier ses ressources économiques. Premier exportateur de gaz naturel liquéfié au monde, le pays doit en effet chercher d’autres fonds face à l’épuisement de ses ressources.


En misant sur le sport, le pays parvient à s’implanter sur la scène mondiale. Cependant, le scandale provoqué par la mort de 6 500 travailleurs migrants sur le chantier de la Coupe du Monde révélé par le Guardian en février 2021 vient entacher le sport power Qatari.


Auteur: Alice Duveau Rédacteur en chef: Saïmi Steiner