Pourquoi le Sahara est-il considéré comme l'un des derniers conflits post-coloniaux ?


Théâtre d’un conflit postcolonial depuis 45 ans, le Sahara, riche d’une façade maritime et de minerais précieux, est contrôlé en majorité par le Maroc. L’autre partie du territoire, désertique, est occupée par la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et reste considérée aujourd’hui comme “non autonome” par les Nations Unies.

Le Sahara est une colonie espagnole jusqu’en 1975, date à laquelle le général Franco se retire en divisant le territoire en deux, cédant les deux tiers nord au Maroc et le tiers sud à la Mauritanie. Face à cette situation, le Front Polisario (FP), mouvement indépendantiste sahraoui créé en 1973, poursuit sa lutte et proclame la RASD en 1976. La Mauritanie se retire de la région en 1979, mettant fin à la guerre avec le FP, mais le Maroc annexe la partie mauritanienne et construit un “mur de défense” marocain, scindant sur 2700 km la zone saharienne. Le conflit perdure entre le FP et le Maroc jusqu’en 1991, date à laquelle un cessez-le-feu est signé sous l’égide de l’ONU. Le 17 novembre 2020, des tirs sont échangés et le “mur de défense” marocain subit des “attaques massives”. Ces rixes font suite à une opération militaire marocaine dans la zone tampon au sud du Sahara occidental, l’objectif étant de rétablir un axe routier essentiel aux échanges commerciaux entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest, jusque-là bloqué par le FP. En réponse, les Sahraouis ont décidé de rompre trois décennies de cessez-le-feu. La mission de maintien de la paix organisée par l’ONU en 1991 avec la mise en place de la Minurso (Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental) reste un échec, le Maroc refusant tout dialogue. Sans aucun arbitrage international, la situation risque de s’aggraver, le FP ayant d’ailleurs déjà décrété un “état de guerre”.


Quelle est votre opinion ? Auteur: Camille Renard-Azouzi

Rédacteur en chef: Coline Perron

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain