Pourquoi les essais atomiques en Polynésie révèlent-ils un mensonge de l’Etat français?


193 essais nucléaires français ont été menés en Polynésie française de 1966 à 1996. Le 2 octobre 2018, le président Polynésien Oscar Temaru dépose une plainte pour crime contre l’humanité concernant ces essais devant la Cour Pénale Internationale. Des révélations du journaliste Vincent Jauvert en 1998 et de Disclose le 9 mars 2021 montrent les manipulations et défaillances du gouvernement français. Cette confrontation au sein d’un même pays met en lumière l’autorité et le pouvoir d’un Etat sur sa population à propos de faits concernant la sécurité nationale et classés secret Défense. Durant la Guerre froide, la course à l’armement nucléaire faisait rage et la bombe atomique était une arme de dissuasion massive et donc une nécessité géopolitique. En 1998, le Nouvel Obs révèle à l’aide d’archives déclassifiées le déni des dirigeants de la Vème République réfutant les conséquences sanitaires de trente ans d’essais nucléaires. Le 9 mars 2021, Disclose publie une enquête qui révèle des clusters de cancers thyroïdiens et une sous-estimation de l’évaluation faite par le Commissariat de l’Energie Atomique en 2006 concernant les doses de radioactivité reçues par la population à la suite de l’explosion de la bombe Centaure. Aussi, un échange de mails au sein du ministère de la Défense signale que 2000 Vétérans de cette campagne nucléaire sont ou seront atteints de Cancer. En 1996, le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) est signé et les essais nucléaires sont donc abolis. Alors que la recherche dans le domaine militaire continue, le sort des polynésiens et militaires touchés laisse planer un doute sur la transparence de l’Etat à l’avenir, ainsi que sur sa volonté de prendre en compte les dangers pour la santé des civils.

Auteur: Paul Van Der Werf


24 views