Pourquoi les récentes sanctions américaines contre la Russie ravivent-elles des tensions ?


Le 13 décembre 2020, l’agence privée de sécurité informatique FireEye a révélé des intrusions informatiques qui impactaient les systèmes de plusieurs services fédéraux et d’entreprises depuis mars 2020. Selon les résultats de l’enquête du FBI, ces cyberattaques proviendraient de la Russie.


Joe Biden promettait en décembre 2020 une réponse “probablement équivalente” en demandant que “des décisions importantes soient prises" afin que les responsables rendent des comptes. Ainsi, le vendredi 16 avril, il imposa des sanctions à la Russie. Ces sanctions ravivent des tensions historiques.


Si les sanctions concernent officiellement les cyberattaques, elles pourraient également avertir la Russie du retour des Etats-Unis sur la scène internationale avec l’arrivée de Joe Biden. En effet, le 1er avril, l’armée russe a renforcé sa présence à la frontière ukrainienne, une provocation à laquelle Joe Biden a immédiatement répondu en apportant son soutien qualifié d’“inébranlableà la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine”.


Les sanctions imposées à la Russie envisagent le renvoi de 10 diplomates russes et interdisent aux institutions financières américaines de leur acheter de la dette, limitant la capacité d’emprunt du pays. Le Kremlin a répondu en renvoyant 10 diplomates américains de son territoire et interdit à tous les hauts placés, les ONG et les fondations américaines de se rendre en Russie.


Le 13 avril, un apaisement des relations était entrevu puisque Joe Biden proposait à Vladimir Poutine un sommet russo-américain. Cependant, l’annonce des sanctions américaines 3 jours plus tard “ne contribue en aucune façon à rendre possible la tenue d’une rencontre entre les 2 présidents” a déclaré le Kremlin. L’escalade des tensions envisage-t-elle un climat de Guerre Froide ?


Auteur: Jade B

Rédacteur en chef: Cyriaque Gaborieau