Pourquoi les risques sanitaires liés à la 5G sont-ils source de controverses ?



Déployée en France le 18 novembre 2020, la 5G n’a pas fini de faire parler d’elle. Publiquement controversée pour les risques qu’elle pourrait représenter pour la santé, le Gouvernement a sollicité un rapport à l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) afin d’en évaluer les potentielles conséquences.


Publié le 20 avril, celui-ci se veut plutôt rassurant en indiquant que la 5G actuellement utilisée dans la bande de fréquences 3,5 Gigahertz (GHz) ne présente "pas de risques nouveaux" pour la santé au vu des données actuellement disponibles[2]]. Afin d'augmenter le volume de données transportées, une bande supérieure (26 GHz) devrait être attribuée en 2023. La concernant, ‘’les données ne sont, à l'heure actuelle, pas suffisantes pour conclure à l’existence ou non d’effets sanitaires".


"Les ondes du rayonnement 5G seront absorbées par la peau et l’œil, mais leur énergie est trop faible pour détruire les cellules. Le seul risque avéré des ondes 5G est d’échauffer de façon excessive ces tissus", explique Isabelle Lagroye, spécialiste des effets biologiques et toxicologiques des radiofréquences sur le vivant.


L’absence de risques à court terme ne suffit pas à convaincre certaines associations, qui craignent un effet cumulé avec la 3G et la 4G. Pierre-Marie Théveniaud de "Robin des Toits’’ indiquait à l'ANSES : « Nous sommes très inquiets : le rapport n'évoque pas les caractéristiques des futurs portables 5G et l'Agence entretient la confusion sur les différents modes d'exposition à tous ces objets connectés ».


Cependant, dans une société où le progrès est toujours plus rapide, difficile d’imaginer que la 5G soit définitivement bannie, même si l'ANSES a reconnu un manque d'études scientifiques sur les effets éventuels. Dans ce but, elle a ouvert une « consultation publique » en ligne de six semaines sur les travaux menés par ses experts.

Auteur : Mathias de Vernejoul

Rédacteur en chef : Marie B



5 views