Pourquoi les violences contre les policiers sont aujourd’hui au cœur des débats en France ?


Le mardi 19 mai 2021, à l’appel de leurs syndicats, des milliers de policiers et de gendarmes ont manifestés à Paris devant l’Assemblée nationale pour dénoncer le laxisme des sanctions judiciaires dans le cadre des violences contre les policiers. Marquée par plusieurs drames importants, la police dénonce aujourd’hui la violence répétée de la population à son encontre.


Depuis le début de l'année 2021, la police est victime de nombreuses agressions, et celles-ci ont largement augmenté depuis quelques années. La manifestation du 19 mai avait pour enjeu d’amener à revoir les lois pour une réponse pénale plus stricte.


L’assassinat d’Eric Masson à Avignon et de Stéphanie Monfermé dans les Yvelines ont largement participé à l’indignation des forces de l’ordre. De 2009 à 2019, les violences policières ont augmenté de 40%, en concomitance avec la hausse de 35% des violences sexuelles depuis 2017.


Afin de répondre aux revendications des forces de l’ordre, Jean Castex s’est engagé à réglementer des punitions plus sévères en cas de refus d’obtempérer, de mettre en place des travaux d’intérêts généraux ou bien encore des amendes plus importantes. De même, il s’est engagé à limiter les possibilités de réduction de peine pour les « agresseurs des forces de l’ordre ».


Non loin de répondre à l’entièreté de leurs revendications, les dépositaires de la force publique engagent le gouvernement à prendre ses responsabilités pour protéger ses fonctionnaires. Les violences contre les policiers, sexuelles ou conjugales sont globalement en hausse depuis quelques années, mettant alors en avant la notion de délitement et d’ensauvagement de la population.

Auteur: Devisme Juliette

Rédacteur en chef: Astrid

7 views