Pourquoi observe-t-on un accroissement de l'intérêt pour le domaine de la Défense en Suède ?


Le 14 octobre dernier, le ministre de la Défense suédois, Peter Hultqvist, a fait part de son intention d’augmenter le budget militaire de 40% et de multiplier par deux l’effectif des forces armées dans son “projet de défense totale 2021-2025”. Ces mesures s’inscrivent dans une volonté plus globale de renforcer le domaine de la Défense en Suède. Comment l’expliquer ?


Si les pays nordiques se tiennent souvent à l’écart des conflits internationaux, ils restent cependant des zones à risque militairement parlant. Cette augmentation des dépenses suédoises dans la Défense, la plus importante depuis les années 1950 et la Guerre Froide, s’explique donc par une hausse des tensions, particulièrement face à la Russie. Selon les propres mots de Peter Hultqvist : “On a vu l’agression russe en Géorgie, l’annexion de la Crimée, le conflit en Ukraine, (...) les manœuvres militaires en Arctique.”


Face aux multiples offensives russes, la Suède souhaite donc s’armer en cas d’attaque contre son territoire. Cette inquiétude est d’autant plus compréhensible que les Russes n’ont pas hésité à violer l’espace maritime et aérien suédois, comme ce fut le cas en août 2020. De plus, il faut rappeler le contexte de la “course Arctique”, aux enjeux géopolitiques multiples, qui intéresse grandement la Russie en raison de ses ressources pétrolières et gazières. Cette attitude n’inquiétant pas que la Suède, le pays a signé fin septembre, avec la Finlande et la Norvège, une déclaration conjointe de coopération dans la Défense.


Cet accord s’inscrit dans la “Doctrine Hultqvist”, qui vise à renforcer la coopération avec d’autres États scandinaves et organisations telles que l’OTAN en matière de Défense. Cela prouve que la Défense face à la Russie devient un enjeu géopolitique majeur pour la Suède.


Auteur: Cassandra LESAGE

Rédacteur en chef: Cyriaque GABORIEAU