Pourquoi rions-nous ?


Pour telle comédie, pour un humour particulier ou tout simplement pour une blague, diraient certains. Pourtant, lorsque nous rions avec des personnes, c’est très rarement à cause de blagues. Le rire a d’abord une fonction sociale : nous rions pour montrer que nous comprenons ou non, que nous apprécions le moment ou non. Comment expliquer alors cet acte automatique, intentionnel et pourtant nécessaire qu'est le rire ?


Dans Le rire, Bergson explique que nous rions lorsque quelque chose de mécanique vient se plaquer sur du vivant. C’est pour cela que le comique de répétition, d’imitation, fait tant rire. Par exemple, Bergson, en reprenant Pascal, montre que deux visages identiques font rire ensemble, alors que pris isolément, ils laissent indifférents. Pareillement, “est comique tout incident qui appelle notre attention sur le physique d’une personne alors que le moral est en cause” : une personne timide fait rire car nous avons l’impression que son corps est une lourde enveloppe dont elle cherche à se débarrasser. Ainsi, le rire semble spontané et répond à une utilité principalement sociale, mais aussi ontologique : notre esprit chercherait dans le monde extérieur un prétexte à matérialiser ses imaginations.


Mais, le rire peut être volontaire, qu’il s’agisse de livrer un succédané de réponse quand les mots nous manquent (par gêne, par ignorance) ou d’humilier par exemple, ce qui amène la question de la responsabilité du rire. De plus, quelle utilité de rire lorsque nous sommes seuls devant un film ? Ne faudrait-il pas chercher les origines du rire dans le biologique ? D’autant plus que les chimpanzés rient quand nous les chatouillons.


27 views