Pourquoi six villes polonaises se sont vues refuser des subventions de l’Union européenne ?

Updated: Sep 17


Mardi 28 juillet 2020, six villes polonaises se sont vues refuser des subventions de l’Union européenne (UE) dans le cadre d’un programme de jumelage entre communes européennes. L’Agence exécutive « éducation, audiovisuel et culture » (EACEA) – organe en charge de la gestion des fonds de ce programme – a dénoncé l’existence de zones libres de toute idéologie LGBTI. Ces subventions étaient comprises entre 5 000 et 25 000 euros.


Le nom des villes concernées n’a pas été communiqué par le Parlement européen (PE), mais les différentes zones sans idéologie LGBTI avaient déjà reçu un avertissement courant décembre 2019. En effet, ces zones avaient été déclarées illégales, et la délivrance des fonds européens a été passée au crible par l’UE. Début juillet, l’EACEA avait également demandé des clarifications à huit villes polonaises candidates ayant des ‘’LGBTI free-zones’’, seulement, les justifications ne semblaient pas être en accord avec les objectifs énoncés par le programme.


Le 30 juillet 2020, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est exprimée sur twitter au sujet d’une Union de l’égalité : « Nos traités assurent que chaque personne en Europe est libre (…) d’aimer qui elle veut (…). Je continuerai de pousser pour une Union de l’égalité ». L’UE entend bien défendre et veiller au respect des droits fondamentaux au sein des Etats membres. Elle a usé de son pouvoir diplomatique au travers de ces sanctions financières.


Malgré un rappel à l’ordre et des sanctions concrètes prises contre des zones déclarées sans idéologie LGBTI, le nombre de ces zones demeure important en Pologne. Néanmoins, le village de Końskowola réétudie l’existence de telles zones et juge que c’était une erreur de les autoriser. Par ailleurs, la Pologne est l’un des plus gros bénéficiaires net de politiques communes de l’UE. Cela ne l’empêche pas pour autant de faire l’objet de mise en garde par le PE concernant un risque de violations graves des valeurs de l’UE.




Auteur : Célia C.

Rédacteur en chef : Mélanie Ruiz-Pardo

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain