Procès Steinmetz en Suisse: 5 ans de prison requis


Paiements, témoignages, écoutes du FBI. Le procureur genevois a égrené jeudi les pièces à conviction pour requérir une peine de cinq ans de prison contre le magnat franco-israélien Beny Steinmetz pour corruption d'agents publics en Guinée. Ce procès est l'aboutissement d'une longue enquête internationale lancée en 2013 portant sur des permis miniers octroyés en Guinée au Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), dans lequel le diamantaire a le titre de conseiller. L'affaire remonte à la première décennie des années 2000, lorsque le gouvernement guinéen de l'ancien président Lansana Conté avait déchu, peu avant sa mort en 2008, le groupe anglo-australien Rio Tinto de l'exploitation des blocs 1 et 2 d'un des plus importants gisements de fer au monde à Simandou. Il est reproché à Beny Steinmetz d'avoir mis en place un montage financier via des sociétés-écran afin de verser en toute discrétion des pots-de-vin -dont une partie aurait transité par des comptes suisses- à la quatrième épouse de l'ancien président Conté, Mamadie Touré, afin que BSGR supplante Rio Tinto. A 64 ans, Beny Steinmetz, qui était domicilié à Genève lorsque les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés, conteste entièrement les conclusions du parquet genevois qui l'accuse de "corruption d'agents publics étrangers et de faux dans les titres". Les ports-de-vin présumés, versés entre 2006 et 2012, s'élèvent à environ 10 millions de dollars (8,2 millions d'euros). Personnage clé de cette affaire, Mamadie Touré, quatrième épouse de Lansana Conté, a elle reconnu avoir reçu des versements et est depuis protégée par la justice américaine. Convoquée comme témoin par la défense à Genève, elle ne s'est pas présentée. Beny Steinmetz est jugé à Genève aux côtés de deux partenaires d'affaires: la Belge Sandra Merloni Horemans, ex-administratrice d'entités liées à BSGR, et le Français Frédéric Cilins, qui en 2014 a été condamné à deux ans de prison aux Etats-Unis pour obstruction à la justice dans ce dossier. Selon des enregistrements du FBI cités par le procureur genevois, il a promis plusieurs millions de dollars à Mme Touré en échange de la destruction de certains documents compromettants.Le procureur a requis 4 ans de prison contre M. Cilins, et 2 ans avec sursis pour Mme Merloni Horemans.


Reuters/AFP