Qui est Artemisia Gentileschi ?


Alors qu'elle perd sa mère à l'âge treize ans, son père, qui voit déjà en sa fille Artemisia une artiste, décide de lui faire prendre des cours chez son ami Agostino Tassi, peintre et ancien maître du Lorrain surnommé il Smargiasso, "le fanfaron". Un jour en 1610, Tassi profite d'un moment pour abuser de son élève. Ce n’est que l’année d’après en 1611, que son père porte plainte contre Agostino Tassi. Artemisia raconte lors de son procès : « Il m’arracha le chevalet et les pinceaux des mains, les jeta ça et là [...] je lui dis que je me sentais mal et que je pensais avoir la fièvre. Il me répondit : “J’ai plus de fièvre que vous.” [...] ». Beaucoup de femmes et d’autoportraits sont présents dans l’œuvre d’Artemisia. Cela s’explique d'une part, par la difficulté pour une femme de trouver des modèles masculins - difficulté qui se maintiendra jusqu'au début du XIXe siècle - et d'autre part, parce qu'aux yeux de l'artiste, les hommes ne sont pas dignes d'être dépeints. Artemisia se veut forte et le montre à travers sa peinture. Elle privilégie les héroïnes de l’Antiquité biblique ou latine, des femmes combattantes et victorieuses. Il est fort probable que l'histoire de Béatrice Cenci ait influencé l'artiste italienne. Au XVIe siècle, Béatrice fut brutalisée, violée et séquestrée par son père, Francesco Cenci, riche aristocrate. Avec l’aide de sa belle-mère et de ses deux frères, maltraités eux aussi, Béatrice parviendra à organiser l’assassinat de son père en 1598. À la suite d’un procès, tout les quatre furent condamnés à la torture puis à la décapitation. Artemisia avait six ans quand Béatrice Cenci fut exécutée. Elle vivait à Rome ; peut-être faisait-elle partie de la foule. L'injustice, le procès et les violences subies font échos à l'histoire d'Artemisia Gentileschi.


4 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain