Qui est Hayrig Khrimian ?


Mkrtich Khrimian est né en 1820 à Van dans l’Empire ottoman, dans une famille de marchands arméniens fortunés, loin de sa destinée, aussi surprenante soit-elle. Khrimian grandit dans un empire en déclin, traumatisé d’avoir perdu de nombreux territoires et morcelé par des peuples multiconfessionnels rêvant d’indépendance. Mkrtich part en 1844 à Constantinople où il côtoie l’aristocratie, et s’adonne à une vie oisive. En 1846 il épouse Mariam, avec qui il a une fille. Mais Mkrtich rêve de voyager et de quitter sa famille pour enseigner dans les provinces d’Anatolie.


De retour chez lui, il découvre que sa femme et sa fille sont décédées. Pris de remords, Khrimian entre dans les ordres ecclésiastiques, il consacre sa vie à la religion et la cause arménienne. Décidé à améliorer les droits des Arméniens, il crée un journal « L’aigle de Van » pour les inciter à prendre leur destin national en main, il participe même au Congrès de Berlin en 1878. Le gouvernement ottoman, méfiant de cet activisme, exile Khrimian à Jérusalem.


Revenu d’exil, il est surnommé «Hayrik» «père» en arménien il est nommé Catholicos en 1892, chef de la communauté arménienne de l’Empire. Cependant l’activisme et les rassemblements pour la libération du peuple arménien, organisés par lui, exaspèrent les autorités si bien qu’il est déchu de la citoyenneté ottomane. Khrimian rencontre le Tsar Nicolas II pour discuter des biens de l’Église arménienne confisqués par l’Église russe, il prête assistance aux Arméniens massacrés en Turquie, crée des écoles et des orphelinats, puis il s'éteint en 1907 après ce long combat.

3 views